mercrediOctobre25
Le gazon synthétique est-il écologique ?Divers

« Zéro phyto et terrains de sport, un pari à gagner ! » était le thème de la journée technique d'Écopôle, jeudi, au complexe sportif du Buisson-de-la-Grolle.

Pourquoi ? Comment ? Où en est l'expérience de La Chapelle ?

Jean-Noël Lebossé, adjoint à l'environnement, et Rémy Orhon, directeur du service environnement, ont expliqué à une vingtaine d'agents techniques des communes de Nantes-métropole que La Chapelle fait figure de pionnière en matière de gestion écologique des espaces publics.

La commune s'y est engagée dès 2005 et, depuis 2009, n'emploie plus aucun pesticide dans ses interventions. « Il a fallu que ce soit compris et accepté par la population, reconnaît l'élu. C'est sans doute au cimetière que nous avons eu plus de problèmes ! Mais aujourd'hui, cette pratique est globalement acceptée, voire plébiscitée. »

Le gazon synthétique, est-ce une alternative écologique ?

« Oui et non ! » Réponse de Normand de la part de Philippe Rio, responsable commercial d'un des principaux fabricants français (Tarkett-Sports) de gazon synthétique. « Certes, le gazon est élaboré avec de la matière plastique neuve, mais le granulat qui l'accompagne est obtenu du recyclage de pneus usagés. Pour un espace comme celui du Buisson-de-la-Grolle, il en faut environ cent tonnes. »

Mais un terrain synthétique ne nécessiteni arrosage, ni d'amendement pour la croissance du gazon ! Pas de tonte, non plus... « Il faut également noter qu'aujourd'hui, toutes les matières composant un tel équipement doivent être recyclées en fin de vie. Le propriétaire est responsable de ses déchets. La loi impose une traçabilité. »

Et qu'en est-il néanmoins de l'entretien ?

Rémy Orhon a une jolie phrase pour présenter la problématique. « Quand on nous vend un terrain synthétique, on nous dit qu'il n'y a pratiquement pas d'entretien... Et nous, nous retenons plus facilement le « pas d'entretien » que le « pratiquement » ! »

Philippe Potiron est responsable du site. « Il a fallu acquérir une « culture » du terrain synthétique. Au fil des ans, ça vient ! Le nettoyage régulier (brossage du gazon, tamisage des déchets) se fait de manière mécanique, sans produits chimiques. » Reste que sur un terrain de sport, il y a aussi les crachats des joueurs, de minuscules particules de peaux mortes et parfois même des traces de sang si un sportif se blesse. « Tous les deux ou trois ans, il faut procéder à une désinfection sanitaire. » Pour le Buisson-de-la-Grolle ce sera prochainement... et le plus naturellement possible.

Source : Ouest-France

Commentaires
Ajouter un commentaire

Recopier le code:

4096 caractères maximum. Les codes HTML dans le commentaire seront affichés comme du texte et les adresses internet (http://) et email seront converties automatiquement en hyperlien.